Le 13e édition du Festival de Casteliers

Le 13e Festival international de marionnettes pour adultes et enfants aura lieu du 7 au 11 mars 2018.

Au plaisir de vous y retrouver!

 

Un douzième festival au service du onzième art!


Depuis 2006, le Festival de Casteliers convie les spectateurs à la découverte des diverses formes et techniques de marionnettes : de la gaine à la tringle, du théâtre d’objets au théâtre d’ombres, de la marotte au ventriloque, du mannequin à l’automate.

Art complet et de tous les registres, la marionnette marie la matière et le geste, le corps et la musique, le verbe et le silence pour éclaircir, sinon interroger les mystères de notre existence. Depuis des millénaires, tel un miroir, elle nous renvoie notre image, sans cesse mise à jour.

Fenêtre sur le monde et vitrine du nôtre, le Festival de Casteliers invite aussi à la rencontre de l’Autre, venu cette année de Russie, de Slovénie, de France, des États-Unis, de l’Alberta et du Québec.

Que cette 12e édition témoigne de l’éloquence fascinante de la marionnette et du talent remarquable des créateurs qu’elle interpelle!

Bon Festival!

Louise Lapointe
Codirectrice générale et directrice artistique

 

Discours de Simon Boudreault lors de la soirée d’ouverture du festival

Quand quelqu’un me dit qu’il n’aime pas la marionnette, ça m’étonne autant que si quelqu’un me disait ne pas aimer le cinéma ou les livres.

La marionnette qui peut-être pour enfants ou pour adultes, drôle ou touchante, étrange ou angoissante, poétique ou réaliste, burlesque ou existentielle, ridicule ou philosophique. Parfois tout ça en même temps. Ne pas l’aimer c’est ne pas aimer le récit. Ne pas aimer se faire raconter une histoire le soir autour du feu.

Je ne peux empêcher quelqu’un de rejeter la marionnette, mais je le regarderai de la même façon que je regarde celui qui rejette cette personne parce qu’elle n’a pas la même religion ou celle-ci parce qu’elle n’a pas la même couleur ou ce légume parce que c’est bon pour la santé. Je trouve ça louche.

Il faut cultiver la curiosité. Cultiver l’envie de repousser les limites de l’impossible.

La marionnette c’est un lien direct avec cet homo sapiens terré au fond de nous qui oublie la froidure de l’hiver en prenant un caillou et un bout de bois pour raconter comment le soleil fut capturé par le vent.

La marionnette c’est ma fille de deux ans qui prend une tuque avec un gros pompon de poil et me dit que c’est un loup et me court après pour me mordre les fesses.

Tant qu’il y aura du théâtre, tant qu’il y aura de la marionnette, il y aura de l’espoir.

Longue vie à Casteliers. Et vive la marionnette libre !

Simon Boudreault
Président du Conseil d’Administration de Casteliers, metteur en scène, comédien et auteur